Précédent
Suivant

40 idées fausses sur les requins

L’auteur, chercheur et écologue comportementaliste, étudie les requins depuis 15 ans. Dans la préface, Laurent Ballesta raconte comment, lors d’une plongée en Polynésie française pour compter le requin gris de récif, il a compris que Johann était un vrai scientifique: « Il s’évertuait à comprendre ». JohannMourier a voulu changer notre perception des requins en démontrant que de nombreuses idées reçues sont fausses. Ce livre se présente sous forme de quarante fiches, chacune expliquant pourquoi dire que les requins ont des écailles, ont le sang chaud, ont un grand appétit… n’est pas exact, illustrées de schémas et de photographies. Dans des encadrés en bleu, est donné un complément d’informations. L’étude des requins concerne plusieurs domaines scientifiques : zoologie, éthologie, biologie, écologie… Le lecteur va ainsi découvrir que le requin a une vue adaptée à une eau sombre ou trouble, qu’il est capable d’une grande variété de comportements, certains complexes, qu’il peut aussi ne nourrir de matières végétales, qu’il change de forme et de couleurs au fil de l’âge et que de nombreuses innovations nées de la bio-inspiration se sont inspirées des requins. Les requins ne se trouvent pas que dans les eaux chaudes, le requin pèlerin est régulièrement observé le long de nos côtes atlantiques et méditerranéennes. Les requins ont aussi des prédateurs ! Le grand requin blanc est la proie des orques en Afrique du sud et en Californie. Le requin n’est pas un animal solitaire. De nombreuses espèces vivent en agrégats de plusieurs centaines d’animaux. Il existe des requins de « rivières » qui se sont adaptés à ce milieu. Les deux plus grands requins, le requin baleine et le requin pèlerin ne sont pas les plus dangereux. Certains requins filtrent le plancton et n’ont même pas besoin de dents. Les hommes sont effrayés par les requins car certaines espèces sont dangereuses. Mais il ne faut pas oublier que plus de cent millions de requins sont tués chaque année dans le monde. Plus de 30 % des espèces de requins sont menacés d’extinction. Peu d’ouvrages apportent autant d’informations scientifiques accessibles au grand public. Elles lui permettront de réaliser que le requin a toute sa place dans la chaîne du vivant et qu’il est nécessaire de le protéger.

Johann Mourier, éditions Quae

5/5
Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Publications dans la même catégorie

Mon jardin de poche

À l’occasion de ses 20 ans, Plume de carotte réédite son premier livre publié en 2001. Dans ce coffret, il y a plusieurs livrets illustrés :

Lire la suite

Parutions la même année

D’un cheval l’autre

« Allez ! Il faut les dire…tous. Je dois les faire revenir vers moi, revivre seul à seul, pas à pas, ce que nous avons vécu pour

Lire la suite

Il est encore temps !

Comment parler d’urgence climatique à un jeune public sans être ni didactique ni ennuyeux ? Jean-Philippe Blondel, professeur dans un lycée, connaît sûrement bien les jeunes

Lire la suite