Précédent
Suivant

Par la force des arbres

Premières planches sans texte, d’un plan général, le lecteur est emmené peu à peu à travers la forêt sur un zoom sur une cabane dans un arbre. Édouard Cortès va faire le récit de l’aventure extraordinaire qu’il a vécue : trois mois, perché à six mètres, seul dans un arbre. « Fatigué du monde d’en bas… J’entreprends une métamorphose à l’ombre des forêts ». Il va tenir un journal pour conter son ressenti et ses découvertes dans cette foret qu’il connait bien, celle de son enfance. Comment a-t-il choisi son arbre ? Les dessins de Dominique Mermoux nous immergent dans cet univers forestier, tout en étant précis, ils traduisent bien, avec une grande sensibilité, comment Dominique perçoit les arbres, les animaux… La construction de la cabane lui prend un mois. Magnifique moment de la rencontre avec un rouge-gorge qui l’a pris en affection et qui semble prêt à lui parler ! Sur une double page, dessin de la cabane avec tous les détails, cuisine, bureau, lit mezzanine… Et c’est le grand jour ! Le soir, moment poétique, extrait d’un poème de Ronsard. La vie prend sens peu à peu, des moments d’intimité avec la nature. Au fil du récit, Édouard Cortès donne beaucoup d’informations sur la faune et la flore, les oiseaux, le geai des chênes, les arbres, la circulation de la sève, le chevreuil, il fait un inventaire des essences d’arbres présents dans le monde… Montrant un sens aigu de l’observation et une connaissance approfondie en botanique et éthologie. Il raconte aussi les difficultés qu’il a eues dans son métier d’éleveur et son enfance. Sa famille vient le rejoindre à la fin de chaque semaine. C’est l’occasion de partager avec ses enfants ses découvertes d’apprenti naturaliste. L’écriture est belle, empreinte souvent de poésie, « Dans le vert de l’arbre, elle (une libellule), m’offre quelques beaux rendez-vous d’amant… Il me semble que l’espérance est une fée des mondes imperceptibles ». Cette bande dessinée est d’une grande richesse, vous introduisant dans l’intimité d’un homme et de la forêt pour notre plus grand plaisir, apportant sérénité et communion avec la nature.

Édouard Cortès, Dominique Mermoux, Ill. Dominique Mermoux, Rue de Sèvres (BD)

5/5
Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Publications dans la même catégorie

Anita Conti Océanographe

La série Pionnières a pour but de faire connaître des femmes audacieuses qui ont su s’imposer dans un univers masculin. Ce premier titre raconte la

Lire la suite

Parutions la même année

Sirius

Une petite fille, en classe, dit que « moi, je serai championne de tennis » car sa mère a été une grande championne. Mais le temps a

Lire la suite

Guerilla green

Voici un ouvrage, à la fois bande dessinée et documentaire sur l’écologie en ville. Cookie Kalkair, auteur spécialisé dans les sujets de société et la

Lire la suite