Précédent
Suivant

Moi, parasite

Comment faire d’un sujet a priori rébarbatif, les parasites, un thème passionnant ? Pierre Kerner a l’excellente idée de leur donner la parole afin qu’ils racontent eux-mêmes leurs luttes et leurs stratégies. Interpellant le lecteur ils arrivent à nous faire s’apitoyer sur leur sort « Soyez tolérants tout de même !»… Empathie pas du tout prévue car pour nous les humains, les parasites sont des êtres horribles qui vivent aux dépends de leurs hôtes. En six chapitres, chaque parasite se raconte. Moi, Ver solitaire, je donne la parole à mes biographes qui sont à l’origine des prémices de la parasitologie. Moi, guêpe parasitaire, je me raconte à travers une « imbrication de parasites ». La parole est donnée à un parti d’opposition, les fourmis qui sont très douées pour élaborer des « stratégies militaires diaboliques ». Moi Sacculina, je dévoile les dommages parasitaux dus à la cohabitation. Nous Diplozoom (nous sommes un couple soudé) vous initierons à nos pratiques sexuelles. Et enfin nous vous ferons découvrir tout l’intérêt et le rôle bénéfique que nous jouons dans l’évolution génétique. L’auteur a vraiment l’art de la mise en scène ! Il fait appel à tous les procédés : enquête policière, espionnage, retour dans le passé, arts militaires et de combat… sans oublier les illustrations pleines d’humour et très explicites. Comme dans un film ou une pièce de théâtre, chaque personnage expose ses arguments étayés d’une solide documentation scientifique. Toutes ces discussions ont été revues par des biologistes. Comme dans les mangas (cf les brigades immunitaires), les cellules soldats, les leucocytes, vous font vivre en direct comment elles font face à une attaque extérieure. Le langage imagé rend le récit vivant et le lecteur est captivé par ces scénarios semblables à ceux de la science fiction. « Les bactériophages, module spatial venu du cosmos destiné à la destruction d’autres espèces ». Il est particulièrement intéressant de pénétrer ainsi au cœur des laboratoires de biologie, là où s’élabore les nouvelles disciplines, la parasitologie expérimentale, la phagothérapie (utilisation de l’art des virus de décimer les bactéries). Leur rôle de vecteurs de bouleversement du matériel génétique fait prendre conscience de leur rôle bénéfique dans l’évolution et a donné naissance à la paléovirologie. Pierre Kerner nous prouve que les parasites en tant que « véritables ingénieurs d’écosystèmes » mènent des actions régulatrices et constructrices. Une vraie révolution !

5/5
Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Publications dans la même catégorie

Mille milliards de merveilles

Porter un regard original sur le monde, voici l’invitation lancée aux enfants dans cet album. D’un très grand format, éclatant de couleurs, cet album documentaire

Lire la suite

Micromonde

Partez à la découverte de l’univers microscopique de la nature. Bien conçu ,avec une mise en page variée , cet ouvrage décrit le monde de

Lire la suite

Parutions la même année

Ballade pour un bébé robot

Quelque part dans l’univers lointain, sur la planète « New Earth », après plusieurs phases de colonisation, des êtres humanoïdes sont apparus avec des langages de communication

Lire la suite

Les transhumanistes

Les éditions du Ricochet lancent une nouvelle collection : Pourquoi s’interroger ? Où s’informer ? Comment agir ? Qui est concerné ? Quand débattre ? ‘POCQQ). Celle-ci traite de sujets d’actualité

Lire la suite