Précédent
Suivant

Les femmes aussi sont du voyage L’émancipation par le départ

Cet ouvrage est dédié à toutes les voyageuses, exploratrices, découvreuses qui ne se poseraient pas tant de questions si elles étaient des hommes ». Lucie Azema, journaliste, est une voyageuse au long cours. Dans son introduction, elle rappelle les lectures qui l’ont marquée, Isabelle Eberhardt, Alexandra David-Neel, dont une phrase est célèbre, véritable manifeste féministe : « l’obéissance, c’est la mort ». L’« aventurière » a longtemps désigné une femme sulfureuse. Les premiers voyages d’exploration féminine datent de 1850. Avant, elles devaient dissimuler leur identité comme la botaniste Jeanne Barret qui s’est fait passer pour marin à bord du Bougainville. La première partie «  Être libre de voyager » parle de la masculinité, de la misogynie, des touristes sexuels et de la décolonisation du voyage. La deuxième partie « Être libre pour voyager » est consacrée à ces femmes pour lesquelles « le voyage est l’un des moyens les plus symboliques et les plus forts pour s’affranchir de leur condition ; voyager pour une femme, constitue un acte fondateur, c’est-à-dire « Je vais où je veux, je ne suis qu’à moi ». Cet ouvrage d’une très grande richesse culturelle avec de nombreuses citations et références historiques, est un véritable manifeste à la gloire de celles qui ont osé et de celles qui demain partiront à la découverte du monde.

Lucie Azema, Flammarion

5/5
Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Publications dans la même catégorie

Le Big Bang pour les nuls

L’auteure, Blandine Pluchet, connue pour ses ouvrages pour la jeunesse, s’est manifestement passionnée pour son sujet et c’est sans doute pourquoi cet ouvrage, bien dans

Lire la suite

Parutions la même année

Un cœur gros comme une étoile

Connaissez-vous Cecilia Payne, la scientifique qui a découvert de quoi sont faites les étoiles ? Libby est une adolescente qui a pour meilleure amie une bibliothèque !

Lire la suite