Deep. Ce que l'océan nous apprend sur nous-mêmes, une plongée aux frontières de la science

Deep. Ce que l'océan nous apprend sur nous-mêmes, une plongée aux frontières de la science

L'auteur a été fasciné lors de championnats d'apnée en 2011 ! Il veut comprendre ce qui nous connecte à l'océan. Pour cela, il va parcourir le monde pour rencontrer des « personnages hors-norme ». Au fil des chapitres, le lecteur va être entraîné de plus en plus bas, de -18 mètres à -8748 mètres pour découvrir que l'apnée est bien plus qu'un sport, c'est un moyen efficace d'entrer vraiment en communication avec requins, baleines... L'auteur aussi a pratiqué l'apnée mais seuls certains plongeurs vont à de grandes profondeurs. Il décrit tout d'abord l'expérience « Aquarius », le seul habitat sous-marin au monde où des scientifiques peuvent rester pendant 10 jours. À la Réunion, des biologistes marins placent des balises satellites sur le dos des « requins- bouledogues » car les attaques de requins ne cessent d'augmenter. Un historique éclairant est donné sur l'avis des scientifiques au cours du temps. En 1841 il est admis qu'il n'y a aucun signe de vie dans les profondeurs ! En 1860 un chercheur affirma au contraire que les profondeurs étaient pleine de vie, en donnant comme exemple le lys de mer, un animal en forme de fleur. En 1930, Beebe conçut un bathysphère pour faire la première plongée habitée. Puis les progrès s'enchaînèrent permettant de découvrir comment les animaux s'orientent grâce aux courants du champ magnétique terrestre, la « magnétoréception », d'analyser comment les cachalots communiquent par « écholocation », une sorte de GPS magnétique naturel. James Nestor se rendra compte des difficultés des recherches dans la zone hadale, dans la fosse la plus profonde du monde ,la fosse des Mariannes ! Tout au long de son récit il fait des portraits d'hommes exceptionnels dont l'un d'eux, Bartlett, commente : « Nous sommes comme des astronomes qui regardent des millions d'étoiles dans les cieux. À la place des télescopes, nous utilisons des microscopes et nous voyons des milliards de vie microbienne ».

Auteur: 
Editeur: 
Année de parution: