Précédent
Suivant

Mégafauna 2. Le livre des délices et des infortunes

Nous sommes en l’an 1506 après Jmaresh, dans la Terre des Nors. Dans le livre I, Timoléon a épousé Gasgar, Princesse d’Eelbaar. Devenu roi, il est obligé de fuir du fait des terribles guérisseuses noires qui ont conclu un accord avec le Prince du Dombrak, qui fait partie du monde séparé par une muraille, celui des Mérogs. Gasgar a été enfermée. Avec les dessins très précis de Nicolas Puzenat reconstituant la vie au Moyen-Âge, le lecteur suit leur fille aînée, Brumel, qui s’est enfuie avec Pontus, un médecin. Krevi peut leur faire passer la muraille dans le but de faire des alliances. Brumel qui a pris ses distances avec les croyances, trouve que les mondes remplis d’esprits paralysent les Homontes. « En écoutant les étranges divagations de Krevi, Brumel se demande s’il est sain d’esprit » à moins que ce soit le monde qu’on ne sait plus voir ! Superbe double planche où on voit Krevi marchant à pied, ouvrant le chemin à Brumel et Pontus à cheval. Passé la muraille, ils voient dans une grotte les fresques. Puis arrivés dans le comté de Valcernia, Krevi retrouve les mêmes paysages « déshérités » que dans son enfance. Qu’est-ce qu’une espèce, comment la définir ? En fait Krevi veut aller au pays des Hormontés, car il est investi d’une mission : rapporter de belles images pour rompre la malédiction des hyènes. Pontus en échange de soins espère obtenir de l’argent. C’est la consternation pour Brumel qui apprend que le comte Lupullo ne va pas l’épouser ! Elle s’interroge à propos du portrait que lui a donné sa mère. Le prince du Dombrak charge son connétable de tuer Brumel et Pontus. Krevi compare les imagiers Mérogs qui ne montrent que l’apparence des hommes à ceux des Homontes qui montrent la face cachée des êtres. Cela démontre qu’« ils se montrent gonflés d’orgueil. Indifférents à tout ce qui les entoure…Leur cupidité provoque des famines ! ». Brumel pourra-t-elle reconquérir son royaume d’Eelbaar ? Va-t-elle trouver des alliés pour lever une armée ? Reverra t-elle sa mère ? Quel sera le sort de Pontus ? Pourra-t-il un jour écrire un livre racontant ces événements extraordinaires : « le livre des infortunes et des délices » ? Cette uchronie médiévale, captivante et d’actualité, est porteuse de réflexions sur les barrières divisant les hommes qui se réclament de croyances, élèvent des murailles, ne font pas attention aux autres et dévastent les paysages. Les différentes formes d’art en sont le reflet, celles qui ne s’attachent qu’à l’apparence et celles qui révèlent ce qui fait la valeur de chaque être.

Nicolas Puzenat, Sarbacane (BD)
5/5
Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Publications dans la même catégorie

Les chroniques d’Ona

Ona prend son bâton pour repousser ce mal, le Sambre, qui détruit le vivant sur son passage, ne laissant que désolation. Ona est une « lueur »,

Lire la suite

Exilium 1-KOÏOS

Koïos est le premier titre d’une nouvelle trilogie de SF. C’est le départ, le 27 septembre 2189, à bord d’un vaisseau spatial, pour une station

Lire la suite

Parutions la même année

Arboretum

Dans cette extraordinaire collection de livres au format géant, après sept ouvrages dont Animalium, Botanicum et Anatomicum, ce nouveau titre est consacré aux arbres. Tony

Lire la suite

Les migrants du temps

Cette bande dessinée est la dernière de la collection « les futurs de Liu Cixin », le quinzième récit de l’écrivain de science-fiction Liu Cixin qui ont

Lire la suite

Emmène-moi sur la Lune

Quel enfant n’a pas rêvé d’aller sur la Lune ? Alistair aime beaucoup dessiner. Un jour, fasciné par une araignée, il lui adresse la parole ; L’un

Lire la suite