Précédent
Suivant

La cascadeuse des nuages

Pour raconter la vie extraordinaire de son héroïne, à l’aube du XXe siècle, Sandrine Beau a choisi le récit autobiographique, sous forme de deux carnets, celui d’Élise et celui d’Anatole, son petit frère. Élise, dès l’enfance, a eu un caractère affirmé. Heureusement elle a eu la merveilleuse Miss Charity qui, même congédiée, lui écrivait que partout des « femmes entraient en résistance ». À son époque, les femmes ne pouvaient s’inscrire à l’université qu’avec l’autorisation de leur mari ! Jeune femme, elle fait la connaissance de Charles, « un de ces fous du ciel ». Depuis que Louis Blériot a traversé la Manche, Anatole rêve d’aviation. Charles va tenter un record. Comme l’explique Élise, les aviateurs peuvent faire preuve de maîtrise et de précision. Ils sont tous deux invités à faire un tour dans les airs. Élise veut tout savoir sur le fonctionnement de l’avion. Mordue, accro, conquise « c’est merveilleux ! ». Elle prend les commandes et décolle ! Elle prend des leçons de pilotage, ce qui n’est pas du goût de tout le monde. «Le jour où une femme aura son brevet de pilote, prévenez-moi, que je me sauve ! ». Un jour elle va trouver une chouette sur son avion et plus tard les roues ligotées avec une corde. Au Grand palais, ils vont voir l’exposition internationale de locomotion aérienne. Élise est devenue rapidement une très bonne pilote. Elle est devenue la première femme à rester plus d’une heure en l’air. Beaucoup de gens viennent la voir voler. Elle a été baptisée « la cascadeuse des nuages ». Quand Anatole voit qu’on a écrit sur la voiture de sa sœur « les femmes à la maison » et qu’elle a reçu une boîte noire avec un cercueil dedans, il décide de mener une enquête. Élise ne se décourage pas pour autant, « elle veut être libre ». Élise pourra t-elle aller au bout de sa passion ? Cette biographie d’Élise Deroche, première femme à obtenir son brevet de pilote, très vivante avec de nombreux dialogue, captive le lecteur qui, avec la succession d’événements, se demande toujours si elle va avoir le courage de continuer. Un magnifique exemple de femme qui a ouvert la voie pour que d’autres femmes puissent exercer un métier auparavant réservé aux hommes.

Sandrine Beau, Alice Éditions (Tertio)

5/5
Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Publications dans la même catégorie

Quand la physique soigne

Déjà dans l’ouvrage « La physique par les objets du quotidien », ces deux scientifiques avaient montre leur talent de médiateur scientifique, « sans équation. et dans la

Lire la suite

Parutions la même année

Anouk. Le pouvoir du ténébron

Cet ouvrage est le résultat d’un travail mené sur plusieurs années par des étudiants en information-communication sous l’égide de Terre des sciences et sous le

Lire la suite