Précédent
Suivant

Street illusions. Trompe-l’œil et jeux d’optique dans le street art

Chrixcel, photographe avec Codex Urbanus, street artist qui dessinent sur les murs de Paris des créatures fantastiques, se sont associés pour réaliser ce bel ouvrage. Le trompe-l’œil d’aujourd’hui est très loin de celui des artistes des siècles précédents. Dans son introduction « Illusion d’optique dans l’histoire de l’art » illustrée de nombreuses reproductions, Codex Urbanus fait un inventaire des grands mouvements pour « montrer à quel point le street art et le graffiti, héritiers de la peinture classique, se sont approprié ces techniques pour nous réjouir et nous surprendre aux quatre coins de la planète ». Sur le plan scientifique sont expliqués quelques grands principes sur le fonctionnement de la perception visuelle. Chrixcel fait découvrir une vingtaine d’artistes internationaux choisis pour leur talent de sublimer l’art de nos villes en ouvrant d’incroyables perspectives. Ils sont présentés en cinq grandes parties selon leurs styles et techniques : trompe-l’œil figuratif, anamorphose ou l’art de la perspective secrète, abstractions tridimensionnelles : les héritiers de l’Op Art, lettrages au doigt et à l’œil et camouflage optique optimisé ! Pour chacun sur plusieurs pages la priorité est donnée à un choix d’œuvres représentatives de leur art avec les commentaires éclairés de l’auteure. « Girl Behind The Chimney » à Grenoble est un exemple de la fable anamorphique de Wild Drawing. « Always Clean » en France plonge le public dans un muséum d’histoire naturelle où Scaf crée une saynète inspirée de la magie et du gaming. Carlos Alberto GH réalise à même le sol un zoo en relief comme son « Beetle-Mania » au Mexique. Les fresques de 1010, artiste allemand, consistent en des fractures fictives reflétant son obsession de l’infini comme « Street Art Doping » à Varsovie. Astro, artiste français, s’est orienté vers la géométrie tridimensionnelle, dans la même mouvance que Victor Vasarely. Perception de la gravité, trou noir, sphères lumineuses, mirages optiques, notion d’infini se retrouvent dans les œuvres monumentales de cet artiste « astral » comme « Sans Titre » réalisé au CROUS de Créteil. Huge est le graffeur suédois célèbre pour ses lettrages aussi légers que l’hélium, comme en témoigne « Projet Saato » à La Défense. Toutes ces œuvres suscitent étonnement et admiration pour ces « performances créatives » qui permettent au public de participer, avec beaucoup de plaisir, à ces « trompe-l’œil et jeux d’optique ».

Chrixcel & Codex Urbanus, Éditions Alternatives

5/5
Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Publications dans la même catégorie

Notre planète

En ce début du XXIème siècle, l’homme, après avoir détruit la planète, a enfin pris conscience de la situation et qu’il est temps d’agir pour

Lire la suite

Protéger la biodiversité marine

La Méditerranée n’est pas morte ! Il ne faut pas dramatiser la situation. Il s’agit de « faire comprendre quels sont les points réellement préoccupants pour l’avenir

Lire la suite

Parutions la même année

Le jardin de Rose

Cette BD, tout en délicatesse, nous touche car elle raconte une histoire vraie, celle de beaucoup de femmes de plus de 50 ans, au chômage.

Lire la suite

Records du monde étonnants

Quel est le plus grand, le plus fort, le plus rapide… les records passionnent les enfants. Dans ce documentaire, ils sont classés en six catégories :

Lire la suite