Précédent
Suivant

Plantes carnivores

Les plantes carnivores font un peu peur ! Si on s’approche, ne vont-elles pas nous croquer un doigt ? Contrairement à ce qui se passe habituellement dans la nature, les plantes carnivores mangent les petits animaux. Mais comment font-elles pour les attraper puisqu’elles ne peuvent bouger ? Les enfants vont faire des tests comme « pour de vrai » sur les différents pièges avec la petite mouche en papier reliée au livre par un fil. Avec des dessins colorés au graphisme stylisé, pour chaque plante est donnée une carte d’identité avec son territoire, sa taille et son alimentation. Elles sont pleines d’astuces ! Enivrée par une odeur de miel, la petite bête glisse sur une feuille- « toboggan » au fond de la plante cobra. Sur les feuilles du droséra, il y a des petits poils produisant un liquide très « collant ». La mouche est capturée et la feuille se replie sur elle-même. Le lecteur va être bien étonné en découvrant les pièges à aspiration, à baignoire, à nasse et à mâchoire ! Dans les petits encadrés « L’anecdote carnivore », on apprend que la genlisea fait honneur à la comtesse de Genlis, auteur de livres de botanique. En fin d’ouvrage des informations sur des croyances anciennes à travers le monde. Un documentaire ludique et animé permettant aux enfants de comprendre comment les plantes carnivores attrapent leurs proies.

Jean-Jacques Labat, Ill. Amélie Falière, La Martinière jeunesse (livre animé)

5/5
Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Publications dans la même catégorie

Esca’pad à Madagascar

Tel un carnet de notes prises au cours d’un voyage, ce livre avec des spirales est le journal de deux jeunes journalistes, Rosie passionnée de

Lire la suite

Parutions la même année

La plage une nature cachée

La plage, cela fait rêver aux prochaines vacances ! Et si cet été vous en profitiez pour découvrir toutes les richesses que recèle ce milieu pas

Lire la suite

Le cosmos et nous

Ce livre de médiation scientifique est le fruit d’un travail de quatre années que Sébastien Carassou, scientifique et youtubeur (The Sense of wonder) a mené

Lire la suite