Précédent
Suivant

La plus belle ruse de la lumière. Et si l’univers avait un sens…

Donnons tout de suite l’explication du titre un peu mystérieux de cet ouvrage en le complétant par « … consiste à nous faire croire que l’histoire de l’univers concerne la matière… ». Il est largement admis que c’est la gravitation qui est à l’origine des grandes structures de l’univers. Or l’auteur affirme « La gravitation, seule, ne crée pas des structures organisées, complexes, comme une galaxie, une étoile ou une planète. ». Alors, quel est l’élément essentiel qui accompagne la gravitation pour que de telles structures soient possibles ? La réponse de David Elbaz est sans appel, c’est la lumière ! C’est le cœur du message rappelé et argumenté avec conviction par l’auteur au fil des pages. L’entropie va être en quelque sorte son principal allié. En effet on sait que pour tout système qui évolue, l’entropie ne peut qu’augmenter. Ceci est valable pour l’univers entier et qui dit entropie dit désordre. Une structure organisée n’est pas du désordre. Quel est l’élément manquant permettant de respecter le principe entropique ? C’est encore la lumière !
Le premier chapitre intitulé « La beauté du cosmos est-elle une illusion ? » donne une indication sur le sous-titre du livre. L’auteur explique sa position : « Imaginez un instant que l’univers ait un sens même banal comme celui de l’eau qui coule… celui-ci ne risquerait-il pas d’être récupéré, de devenir une forme de preuve pour la religion ? Alors on préfère ne pas prendre le risque. » Le deuxième chapitre raconte l’histoire étonnante et trop oubliée d’un astronome, Vesto Slipher, qui, pendant la Première Guerre mondiale, a découvert expérimentalement « que l’univers explosait devant ses yeux ». Chapitre dans lequel nous croisons Hubble, Hoyle, Einstein et le remarquable Georges Lemaître qui, 15 années plus tard, découvrit théoriquement le Big Bang. Le troisième chapitre « L’histoire de l’univers a-t-elle un sens ? » aborde les différentes visions historiques de l’univers jusqu’à aujourd’hui. Le chapitre suivant décrit la prolifération de la lumière avec les exceptions que sont les trous noirs, la matière noire et l’énergie noire. Dans « Et nous dans tout ça » l’apparition de la vie est décrite comme un prolongement naturel de l’évolution de l’univers. C’est une thèse intéressante et audacieuse qui peut provoquer des débats et des interrogations. Suivent les chapitres « Sommes-nous seuls dans l’univers » où nous est racontée la face cachée du voyage d’Apollo 11 et où l’analyse des exoplanètes a apporté une vision tout à fait nouvelle de l’histoire primitive de notre planète, puis « Une brève histoire de la place de l’Homme dans l’univers » et « La plus belle ruse de la lumière ». Ce livre se lit avec un grand intérêt et posent beaucoup de questions.

David Elbaz, Odile Jacob

5/5
Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Publications dans la même catégorie

Robot : les machines de demain

La robotique est une des grandes thématiques science qui intéressent le grand public. La couverture est très attrayante avec un robot humanoïde en relief. Ce

Lire la suite

La vie sur Terre

Les éditions Glénat lance une nouvelle collection pour la jeunesse : « Graphidoc » Celle-ci donne la priorité à l’image afin de correspondre au mieux au mode de

Lire la suite

Parutions la même année

Henry David Thoreau

Le nouveau titre de la collection « Les grandes vies » est consacré à un écologiste. Dans ce petit format, comme un carnet de voyage très illustré,

Lire la suite

Le Japon raconté aux enfants

Dans l’excellente collection « Raconté aux enfants » paraît un nouveau titre consacré au Japon. Les enfants connaissent les mangas, le judo, les sushis mais pas toute

Lire la suite

Lapin Dixit

Cet album va vous emmener dans un univers extraordinaire celui du lapin d’un petit garçon ! Dépliez la double page et vous découvrez son terrier, avec

Lire la suite