Green class T-1 Pandémie

Le récit de cette BD se passe en Louisiane où une classe de jeunes canadiens viennent de passer deux semaines en classe découverte pour examiner l’évolution des grenouilles du fait du changement climatique. Ce sont des ados d’aujourd’hui autant par leur habillement, une casquette avec une tête de mort que par leur langage «  C’est trop chelou, on se casse ». En ville ils ne trouvent personne ! Une affiche annonce « Virus alert » et une campagne de vaccination forcée. Une fusillade éclate, des soldats tirent sur un « géant » ! Partis pour l’aéroport ils sont arrêtés car il faut une autorisation ! Tout cela va évoquer une réalité proche aux lecteurs ! Toute cette partie du récit se déroule sur un fond aux teintes sombres et les dessins rendent bien le côté poignant de la situation vécue par ces jeunes, en particulier quand Noah est emmené en cellule d’isolement ! Mais 5 d’entre eux refusent de partir, ils ne veulent pas abandonner leur « pote » ! Des renseignements précis sont donnés sur le virus par un épidémiologiste de l’hôpital, « Il se fixe en quelques jours sur l’ADN de ses hôtes … Il n’arrête pas de muter… L’ADN du virus a les séquences génétiques de tout ce que la nature a réussi de mieux dans la nature… »

Les teintes changent, du noir au marron pour cette autre partie du récit où ils essayent de quitter la ville, avec Noah qu’ils ont récupéré. Une période de violence, de bagarres, pour avoir de la nourriture de peur car les infectés n’ont plus rien d’humain et deviennent dangereux ! David Tako donne beaucoup de force aux dessins pour traduire l’horreur, le mur de confinement avec des hommes tués par des snipers. Cette BD témoigne aussi de la situation dans les camps de réfugiés avec la vermine, le surnombre… Au final une scène classique dans une BD fantastique, un géant enlève Naïa et Noah et réussit à traverser le mur. Avec un dossier graphique révélant tout le talent de l’illustrateur, cette BD d’aventure et de SF a été écrite en 2019, avant le coronavirus. La situation est bien plus tragique puisque les hommes infectés n’ont plus la maîtrise d’eux-mêmes ! Le récit tient en haleine, il y a beaucoup d’actions et d’événements inattendus. Elle plaira sûrement aux ados car elle leur parle de leur vécu et les incite à réfléchir aux conséquences d’une pandémie et à leur devenir. Une BD d’une grande actualité !

Jérôme Hamon,Ill. David Tako, Le Lombard, 2019

5/5
Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin

Publications dans la même catégorie

Sur les ailes du Monde, Audubon

Mississippi River 1820, sur un bateau de fortune tout le monde s’inquiète car l’orage menace sauf une personne captivée par les oies bernaches… C’est Jean-Jacques

Lire la suite

Le culte de Mars

Comme les ressources de la Terre étaient épuisées, les plus riches sont partis vers Mars, promettant de venir chercher ceux qui restaient ! Mais personne ne

Lire la suite

Parutions la même année

Malaurie, l’appel de Thulé

Il est des hommes extraordinaires qui ont accompli des prouesses. L’auteur et l’illustrateur ont eu accès à l’immense documentation du professeur Malaurie et ont profité

Lire la suite

Dans une toute petite pomme

Corinne Dreyfuss, comme dans son précédent album « Regarde », incite son jeune public à observer avec attention ce qui se passe dans la nature. Ici, comme

Lire la suite