Précédent
Suivant

Cosquer Méditerranée. La grotte restituée

La grotte Cosquer, chef d’œuvre de l’art pariétal paléolithique européen, est englouti, du fait d’un affaissement du littoral, dans les profondeurs du massif des calanques. Henri Cosquer raconte comment dès sa première visite, il a été frappé par sa beauté « Il y a toutes les nuances de couleurs, toutes les concrétions, c’est extraordinaire » ! Il a déclaré la grotte en 1991 et s’est battu par la suite pour qu’une restitution de la grotte soit érigée à Marseille. La réplique de la grotte Cosquer dans la Villa Méditerranée a été achevée en juin 2022 à Marseille. Ce livre a pour but de rendre compte de cette restitution sur le plan des travaux par l’équipe de restitution et ceux dirigés par les préhistoriens pour analyser la grotte. L’entreprise Kléber Rossillon qui a une grande connaissance de la gestion de sites préhistoriques, a été choisie pour la conception, la réalisation et l’exploitation de Cosquer Méditerranée. Les modules ont été conçus comme s’ils avaient été faits dans une vraie grotte. Quelle a été la genèse du projet ? La numérisation de la grotte et les relevés scan à des fins d’études scientifiques étaient essentiels car il n’y avait pas assez de données initiales et il est très difficile d’accéder à la grotte. D’autre part la villa Méditerranée n’était pas adapté à un tel projet : intégrer un objet évalué à 660 tonnes sur une superficie de 1900 mètres carrés. Une description détaillée de la réalisation donne les détails techniques avec des photos au fur et à mesure des avancées des travaux. Il a fallu aussi choisir le parcours de visite pédagogique scénarisé de la réplique. Il a été choisi un découpage rationnel et structuré de la grotte en plusieurs morceaux cohérents. Plusieurs vues en coupe de la Villa Méditerranée avec cheminement, tunnels et morceaux de parois, les six entités de la grotte montrent l’ensemble des œuvres peintes : l’écaille de la Plage, des Chevaux, de la Salle Nord, du Grand Puits, de la Faille des Bisons et du Canyon. Une proposition d’anamorphose permet une simulation du parcours visiteur et le positionnement des animaux. Afin que les peintres puissent reproduire fidèlement le moindre détail des œuvres, un logiciel de visualisation des œuvres en 3D par des techniques de projection vidéo (maping) leur permet de tourner l’œuvre sous tous les angles. Des photographies superbes montrent les parois ornées de la grotte, mains négatives et rouges, chevaux, bison, bouquetin, pingouins… traces des passages d’Homo Sapiens entre 33 000 ans et 19 000 ans avant le présent. Il a fallu aussi réaliser des études géologiques et géomorphologiques (cartographie des sols). Une scénographie inédite a vu le jour car il s’agissait d’accueillir le plus grand nombre de visiteurs en proposant une expérience de visite unique, bien différente de la visite classique d’un groupe avec un guide. La deuxième partie est consacrée à la Galerie Méditerranée qui raconte l’histoire de l’environnement, des animaux et du climat de l’époque préhistorique. Tout d’abord, en traversant un abri-sous-roche, une fenêtre ouvre sur monde tel qu’il était il y a 27 000 ans : un théâtre optique. La reconstitution des animaux est hyper réaliste. Des photos montrent le travail extrêmement minutieux des finitions. Plusieurs témoignages fort intéressants comme celui de Pierre-Yves Renkin explique sa démarche d’artisan et d’artiste. Élisabeth Daynes explique comment elle réalise une sculpture d’une femme Homo Sapiens. Le lecteur ne peut qu’être admiratif devant les exploits réalisés pour créer cette réplique, comme plusieurs photos en témoignent, imitations de spéléo thèmes en résine, reproduction de dessins au charbon… Cette magnifique grotte restituée va permettre de sauvegarder une grotte ornée unique et de faire connaître à tous ses peintures et gravures au plus près de leur réalité.

Bastien Cornu et Laurent Delbos Dir., Errance & Picard, Cosquer Méditerranée, Kléber Rossillon.

5/5
Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Publications dans la même catégorie

Sous terre, sous l’eau,

Le livre se présente sous une forme originale, on peut l’ouvrir des deux côtés. Sur une moitié, on découvre ce qui se passe sous l’eau ;

Lire la suite

Bizarbres mais vrais !

Connaissez-vous l’arbre à chocolat, l’arbre aux fantômes, l’arbre étrangleur, l’arbre à l’envers ? Lorsque vous connaîtrez leurs histoires, vous comprendrez que ces noms sont tout à

Lire la suite

Parutions la même année

Prise de bec

Les éditions Motus créent une nouvelle collection de bandes dessinées et de romans graphiques pour la jeunesse. Celle-ci a pour but de proposer aux jeunes

Lire la suite

Aquarica. La baleine géante

Dans le premier volume, réunis pour la première fois, Benoît Sokal et François Schuiten nous invitaient à une extraordinaire aventure maritime. L’apparition d’une jeune fille,

Lire la suite