Précédent
Suivant

Autobiographie de la neige. Histoires d’un monde silencieux

Daniele Zovi, écrivain, a beaucoup travaillé à la protection de la nature. Amoureux de la neige, il en dresse une autobiographie à partir de son vécu, au cours de sa vie, où il a ressenti son silence, sa texture, sa couleur, sa fragilité… depuis ses explorations à ski d’adolescent aux expéditions dans les géants himalayens. Tout jeune, il devient un expert des cristaux. Il rappelle que Johannes Kepler fut l’un des premiers à étudier scientifiquement les cristaux de neige. Il fallut attendre le XVIIe siècle pour que Robert Hooke nous livre les premières images détaillées des cristaux. Toute une partie scientifique est consacrée au cristal et au flocon de neige. Daniele Zovi est un véritable poète « la neige a pour moi à voir avec la poésie plus que n’importe quel autre phénomène naturel… ». Ayant travaillé au service « neige et avalanche », il s’est intéressé à la résistance des plantes au froid ? Comment font-elles pour être prêtes à temps ? Comment perçoivent-elles l’évolution des températures ? Le récit est rempli d’anecdotes personnelles, de souvenirs familiaux, de rencontres avec de belles personnes, ce qui rend le récit attachant et vivant. A l’affût du vivant, il fait part de ses observations naturalistes sur le grand tétras, le coq de bruyère et le bonheur partagé par tout vrai montagnard, d’être devant un feu dans un refuge. Qu’en est-il des avalanches ? Comment s’en prévenir en étudiant le manteau neigeux ? Après avoir fait part de « visions nordiques », il raconte leur exploration des montagnes du Pérou et de la Bolivie, au glacier de Chacaltaya. Quelle tristesse de voir qu’aujourd’hui, sur ces mêmes lieux, il n’y a plus ni neige ni de glace ! Les effets du réchauffement climatique se font sentir partout dans le monde en particulier dans les Alpes où on assiste à un rétrécissement de plus en plus rapide des glaciers. Et cela aura des conséquences directes sur nos vies. Un très beau chapitre décrit les différentes couleurs de la neige en faisant référence à des tableaux dont « La Pie » de Claude Monet. Un glaciologue, Carlo Barbante, lui a appris que la glace est douée de mémoire. « La glace contient un nombre colossal de données sur les climats du passé. Elle permet de voyager dans le temps ». Quelle belle conclusion de la part d’un homme qui lui a consacré sa vie. « C’est un lieu de paix, de silence et d’émerveillement. Un don de beauté, une promesse de félicité » !

Daniele Zovi, Glénat (Hommes et montagnes)

5/5
Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Publications dans la même catégorie

Tous les sexes sont dans la nature

Comme l’explique Jessica Serra, directrice de la collection « Mondes animaux » les découvertes scientifiques amènent l’homme à porter un regard différent sur le vivant. C’est tout

Lire la suite

Parutions la même année

Anouk. Le pouvoir du ténébron

Cet ouvrage est le résultat d’un travail mené sur plusieurs années par des étudiants en information-communication sous l’égide de Terre des sciences et sous le

Lire la suite