Précédent
Suivant

Tout un monde. Comment j’ai changé de regard sur mon mode de vie

Comme beaucoup de personnes, en décembre 2020, Émilie s’interroge sur son mode de vie. Elle habite en colocation dans une maison qu’elle apprécie beaucoup. « Mais elle ne peut s’empêcher de remettre en question son environnement citadin et pollué ». Avant de partir faire le tour de France pour rencontrer des personnes qui ont fait le choix de « vivre de manière alternative », elle demande à son ami Henri de lui présenter les trois grands types de maisons écologiques. Sur une double page, une belle illustration :« Imagine une ville entièrement éco-construite » fait rêver ! Émilie Saitas est aussi dessinatrice. Ses dessins très précis et légendés donnent beaucoup d’indications pratiques sur les maisons et l’environnement de leurs habitants. Elle va d’abord rencontrer Manon et Bastien qui vivent dans un dôme géodésique de 12 m², un habitat passif, au milieu de la forêt, après avoir testé différents types d’habitat. Et surprise ! Une photographie de Manon et Bastien devant leur dôme donne encore plus de poids au récit de la scénariste. Puis Émilie se rend dans un éco-lieu où André et Maéli retrouvent le sens du collectif à contre-courant de notre société individualiste. Après plusieurs expériences dont une en Inde, ils vivent dans un camion-maison. Pour donner une idée de la sérénité d’avoir choisi ce style de vie, un dessin les représente avec Émilie dans une barque au fil de l’eau. Puis une photographie du couple habillé de blanc, très souriant, exprime bien leur bonheur. La troisième visite a lieu en Belgique. Après avoir rencontré des personnes heureuses vivant dans la simplicité dans différents pays, Gaëlle et Thomas ont choisi de vivre dans une tiny house auto-construite. Ils voudraient tisser du lien au niveau local. Enfin ce sera un atelier d’artiste qu’Émilie décrit : la hutte chaux-paille de Céline et le jardin de Simon. En épilogue, l’auteure conclue en disant que « ces rencontres ont eu un impact considérable sur ma vision du vivant, sur mes besoins réels, sur ma notion de liberté et de confort ». Cette bande dessinée est un documentaire fort intéressant sur ces nouvelles formes d’habitat et de vie écologique. Elle est surtout un magnifique témoignage de personnes qui mettent la solidarité au cœur de la vie !

Émilie Saitas, Delcourt (Encrages)
5/5
Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Publications dans la même catégorie

Parutions la même année

Les paradoxes de la nature

Cet ouvrage est dédié aux paradoxes du vivant. Qu’est-ce qu’un paradoxe ? Ce terme correspond à « une situation qui s’écarte de ce que l’on attend, de

Lire la suite

La civilisation du phoque

Fondateur des Expéditions Polaires Françaises, Paul-Émile Victor reste, 25 ans après sa disparition, l’un des pionniers de l’exploration polaire.Joëlle Robert-Lamblin, anthropologue directrice de recherche honoraire

Lire la suite

La perfection du cercle

Peut-être serez-vous étonné, si vous avez lu les quatre précédents titres de cette collection, par « La perfection du cercle ». Il est vrai que le récit

Lire la suite