Précédent
Suivant

Petite géographie amoureuse du cheval

La citation de Georges Cuvier « Dîtes-moi le cheval d’un peuple, je vous en dirai les mœurs et les institutions », sert de fil conducteur à cet ouvrage. L’auteur, Jean-Louis Gouraud, est un passionné de chevaux. Il est parti à la découverte des cultures équestres dans des continents et régions du monde, l’Afrique et l’Asie, l’Orient et l’Occident et nous en donne une description rigoureusement exacte et souvent joyeuse et insolite. Il ne s’agit pas d’un inventaire exhaustif des races mais plutôt d’une étude approfondie des relations étroites du cheval avec l’homme. La description du contexte géographique ,politique, social est particulièrement intéressante. Celle-ci permet au lecteur de se repérer dans des pays peu connus comme le Kirghizstan, le Turkménistan et la Corée du Nord. La connaissance de l’histoire du pays est essentielle pour comprendre comment les hommes ont évolué et comment ils se comportent avec le cheval. Comme l’indique l’auteur, homme de grande culture, ce livre est en quelque sorte un journal de bord tout à fait personnel avec de nombreuses rencontres et anecdotes. Des notes bibliographiques donnent les références des livres cités. Le lecteur est ainsi convié à une géographie insolite mais extrêmement intéressante sur cette interdépendance entre l’homme et cet animal dont Buffon disait qu’il était sa plus belle conquête !

 

5/5
Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Publications dans la même catégorie

Un oiseau, une fleur

Comme si vous vous promeniez dans un jardin, vous voyez un oiseau, un oiseau bleu, puis posé sur une fleur. Quel est cet oiseau ? L’enfant

Lire la suite

Le zoo à microbes

Les enfants vont pouvoir devenir de petits chercheurs ! En utilisant le rhodoïd ils vont observer virus et bactéries comme avec un vrai microscope. Comme dans

Lire la suite

Parutions la même année

Je cultive mon potager

Ce guide s’adresse à tous les enfants aussi bien ceux qui vivent en appartement que ceux qui sont dans une maison car toutes les cultures

Lire la suite