Précédent
Suivant

Le poids des héros

Dans ce récit fort et émouvant, l’histoire d’une famille sur plusieurs générations est racontée à travers les yeux d’un enfant. Dans une famille, les souffrances sont souvent tues. Mais l’enfant veut connaître le passé des héros de sa famille, les moments douloureux vécus, exil, guerre, déportation… David Sala reconstitue dans ses dessins, avec beaucoup de précision, le cadre de vie depuis les années 1950 jusqu’à nos jours. Des lecteurs se retrouveront dans la vie de tous les jours, Brassens, Renaud, lunettes en 3D… Il se sert de la couleur comme un élément narratif qui marque le contraste entre un moment dans le passé et celui d’aujourd’hui, visage déformé et colombe de la paix. Comme devant un tableau de peinture, le lecteur ressent le vécu, fuite du grand-père de l’Espagne dans une scène onirique, l’enfant au milieu des fleurs méditant la détermination de son grand-père, devoir de transmettre, l’enfant dans un champ de fleurs regardant le portrait de son aïeul, le grand-père paternel se cachant des heures sous des feuilles… Il est question aussi de politique, les communistes, le 8 mai avec le rappel que « la démocratie et la paix, la tolérance sont des valeurs fragiles ». Une phrase en pleine concordance avec l’actualité ! La pédophilie, dure réalité, les enfants en prennent conscience lors du décès d’un de leur camarade. David Sala, par une grande inventivité dans l’illustration, a l’art de montrer ce qui se passe dans la tête du petit garçon, comme cet enfant marchant dans la forêt menaçante cerné par des traits rouges. Moment très vrai, sûrement vécu par l’auteur, au grenier on découvre des photos qui ravivent la mémoire des anciens. Tout au long de son adolescence et de sa vie d’étudiant, le poids du passé pèse sur ses épaules «  je ressentais ces blessures comme si c’étaient les miennes ». David sala offre une autre version de son talent dans l’illustration de Don Quichotte, figure mythique, héros idéaliste super bien rendu. Moment d’émotion restitué avec une grande retenue lors de sa visite à sa mère ». Pourtant malgré notre pudeur nous savions elle et moi ce que représentait ce moment ». Peu après il apprend sa mort, il s’agit de « mettre des mots sur l’indicible ». Et la vie continue, bonheur de deux enfants faisant des découvertes dans les fleurs ! Auteur et illustrateur, David Sala se sert de l’imaginaire pour exprimer les non-dits, la vie de ses ancêtres avec une iconographie magnifique à la fois réaliste et pleine de rêves. Une bande dessinée exceptionnelle sur le devoir de mémoire. Un grand coup de cœur !

David Sala, Casterman (BD)

5/5
Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Publications dans la même catégorie

Prise de bec

Les éditions Motus créent une nouvelle collection de bandes dessinées et de romans graphiques pour la jeunesse. Celle-ci a pour but de proposer aux jeunes

Lire la suite

Les géants. 2-Siegfried

En Allemagne, au bord d’une piscine, un enfant, depuis son fauteuil roulant, se jette dans l’eau, appelé par une voix mystérieuse… Au début du récit,

Lire la suite

Parutions la même année

Un autre jardin

Et si à partir du jardin, de votre fenêtre, vous rêviez à un autre jardin ? « Dépliez la page, et vous verrez apparaître un pommier avec

Lire la suite

Et si les animaux écrivaient ?

Et si les animaux écrivaient ? Derrière ce titre un peu provocateur, Vinciane Despret, philosophe des sciences, passionnée de recherches éthologiques, veut attirer notre attention sur

Lire la suite

La bourrasque

Mo Yan, auteur chinois, prix Nobel de littérature en 2012, raconte un épisode de son enfance. Avec son grand-père, un petit enfant part dans la

Lire la suite