Précédent
Suivant

François Sarano. Réconcilier les hommes avec la vie sauvage

Pendant plusieurs années, François Sarano, océanographe, a été chef d’expédition de la célèbre Calypso du commandant Cousteau. Aujourd’hui avec son épouse Véronique, il mène des expéditions pour étudier les cachalots au large de l’île Maurice. Toute leur approche est faite de quiétude, de sagesse et du souhait profond de les comprendre. Ce livre fait part d’une conversation avec la journaliste Coralie Schaub sur trois grades thématiques : Le monde marin ce territoire formidable, Préserver l’océan et les créatures qui y vivent, c’est indispensable ! Et il suffirait de pas grand-chose pour protéger l’océan. « L’immensité de l’océan est à la dimension de nos rêves… cela nourrit notre esprit, notre âme ». Cette phrase donne le ton de cet ouvrage, une magnifique réflexion scientifique et philosophique sur notre relation à l’océan, nous qui sommes tous des enfants de l’océan, ce monde extraordinaire. Il raconte avec un profond respect tout ce qu’il a appris de Cousteau dont cette phrase résume son approche des êtres marins «  C’est en étudiant les poissons que j’ai appris à aimer les hommes ». Il a partagé aussi pleinement son souhait de partager avec le grand public, comme sur la reproduction des coraux. Est créée l’association « Longitude 181 » pour partager toutes leurs expériences. Le lecteur aura beaucoup de plaisir à lire le récit de sa première rencontre avec le cachalot Elliot où ce chercheur a compris que les mondes s’inversaient : c’était lui le sujet d’étude ! Et que chacun a une personnalité propre, tout comme nous ! Il décrit avec une grande précision toutes ses capacités et son comportement, tenant des carnets depuis cinquante ans ! Il lance une alerte sur l’incroyable dégradation de l’océan. « J’ai envie de hurler depuis qu’il a vu Elliott mâchouiller un sac en plastique » ! Comme d’autres scientifiques soucieux de notre planète, il conseille un arrêt de notre consommation à l’excès, de vouloir toujours accumuler. Ayant foi en l’homme, il est persuadé que si celui-ci se réconcilie avec la nature, il deviendra enfin « sapiens » et saura vivre en paix avec les êtres vivants. Ils ont créé l’association Longitude 181, « leur étoile polaire » pour mener des actions concrètes afin de « réconcilier les hommes avec la vie sauvage ».

5/5
Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Publications dans la même catégorie

Les échos logiques

Les échos-logiques est une série de podcasts questionnant les relations homme-société-environnement. Quatre écologues de l’Institut méditerranéen de biodiversité et d’écologie marine et continentale (IMBE) donnent

Lire la suite

Parutions la même année

Soleil trouble

Déjà dans l’Horloge de l’apocalypse, Lorris Murail avait entraîné son lecteur dans une saga passionnante et de grande actualité. Dans toujours le même contexte, le

Lire la suite

Le système solaire

Pierre-François Mouriaux, grand connaisseur de l’astronomie et des enfants, invite à une découverte du ciel dans cette collection qui a pour but de présenter la

Lire la suite