Précédent
Suivant

Dubuffet artiste et collectionneur d’art brut

Céline Delavaux s’intéresse aux écrits d’artistes. Elle est cofondatrice du CrAB (Collectif de réflexion autour de l’art brut). Dubuffet a une grande place dans l’art du XXéme siècle car son œuvre se compose d’une grande variété d’œuvres de styles différents. Ce documentaire comporte deux parties : Dubuffet, artiste et Dubuffet collectionneur d’art brut. Dans la première partie, après avoir expliqué qu’il n’a en fait vraiment commencé sa carrière d’artiste qu’à l’âge de 40 ans, Céline Delavaux montre que très déçu par l’art académique, il s’intéresse à tout ce que l’art met de côté : les dessins d’enfants, les graffitis, les arts venus d’Afrique. Pour «imiter les enfants » il peint à leur manière des scènes de la vie ordinaire. Deux tableaux illustrent bien cette période de 1943-1944 :« le chemin de la gare » et « le moustachu de la série métro ». En 1946 il publie un livre où il explique qu’il faut « triturer la matière ». Les œuvres réalisées firent scandale. Il veut aussi « redéfinir la beauté ». Il ne fait pas les portraits tout de suite. Il les peint de mémoire comme le « Dhötel nuancé d’abricot ». Il va faire preuve d’une grande inventivité dans le domaine de l’écriture, l’art du nu, l’utilisation des matériaux de la nature pour faire des collages. Il fait appel au hasard pour faire des puzzles comme le tableau «  Abrassanter ». Son grand projet sera d’« Houlouper le monde » ! Céline Delavaux explique avec beaucoup de clarté toutes ses techniques avec un choix judicieux de tableaux. La deuxième partie est consacrée à son autre activité, celle de collectionneur d’« art brut ». Plus de 4000 pièces venant de patients d’asiles, de médiums, d’ouvriers, en fait de personnes vivant loin de l’art officiel, ont été recueillies. Elles seront exposées en 1970 dans un musée à Lausanne. C’est pour le jeune lecteur et sûrement ses parents une découverte de la richesse de ses œuvres peintes par des personnes souvent traumatisées par un événement et souhaitant changer le monde. Un musée d’art brut s’est ouvert au Japon, des ventes ont eu lieu en Grande-Bretagne et aux États-Unis. Dans ce documentaire super bien structuré, Céline Delvaux montre les différentes étapes qui ont marqué la carrière de cet artiste qui, en toute liberté, a créé l’« Art brut », mouvement majeur de l’art du XXème siècle. Une belle réussite d’histoire de l’art !
Céline Delavaux, Seuil jeunesse

5/5
Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Publications dans la même catégorie

Nuit polaire

Très loin, au nord du nord, dans la nuit profonde, les lumières d’une petite maison, à la fenêtre le visage d’une enfant, Aku et un

Lire la suite

Comment ça marche ?

Après « Mes p’tites questions », les éditions Milan lancent une nouvelle collection « Mes p’tites questions encyclo » pour approfondir une thématique. Comment ça marche ? Répond bien à

Lire la suite

Parutions la même année

Mon premier livre sur la science

Les éditions Usborne ont publié précédemment plusieurs documentaires « science » dont « 365 activités scientifiques » et « L’histoire des sciences en 100 images ». Cet album documentaire s’adresse aux

Lire la suite

Ma maison au pied du volcan

Gísli Pálsson, anthropologue, habite sur l’île de Heimaey, célèbre pour l’irruption volcanique qui a eu lieu en 1973. Originaire de ce lieu, il va raconter

Lire la suite

A B C de la nature

Cet ABCdaire réalisé par Bernadette Gervais, illustratrice de grand talent, est exceptionnel, un très grand format et un travail graphique remarquable ! Pour chaque lettre, des

Lire la suite