Précédent
Suivant

Dans le sillage des corbeaux. Pour une éthique multispécifique

Cet ouvrage est le fruit d’un travail sur le terrain dans différentes régions du monde et de recherches au sein d’universités en Australie ayant les corbeaux comme sujets d’étude. Ceux-ci, présents sur toute la planète, mènent des vies très différentes. Considérés comme l’un des groupes d’animaux les plus intelligents au monde, ils savent très bien s’adapter à leur environnement. « Communauté, héritage, hospitalité, reconnaissance et espoir » sont les cinq mots-clés qui aiguillent ce livre. Chacun d’entre eux est un « mode de faire-monde », une des possibilités d’avoir une vie épanouie. Le livre est structuré en cinq chapitres. Chaque chapitre s’articule autour d’un lieu précis et d’un concept clé. Le premier chapitre, « Expérimenter », emmène le lecteur dans la ville de Brisbane, en Australie, où les corbeaux expérimentent les nouveaux modes de vie urbaine. Le deuxième chapitre, « Voler », se passe sur l’île de Hawaï où des corneilles ont été réintroduites dans les forêts et porte sur les façons dont nous recevons les héritages du passé. Le troisième chapitre « Coopérer » décrit la vie de corneilles d’Inde dans la ville néerlandaise de Hoeck van Holland et interroge sur le concept d’hospitalité dans le contexte d’un port. Le quatrième chapitre « Fumiger »( les corbeaux s’adonnent à la fumigation), montre l’intérêt de reconnaître les corbeaux comme des êtres ingénieux en présentant des projets de protection de tortues dans le désert au sud-ouest des États-Unis. Enfin, le dernier chapitre « Offrir » porte sur la généreuse corneille de Guam sur l’île de Rota où elle est en danger d’extinction. « Dans le sillage des corbeaux, est fondé sur la conviction que nous avons tous des responsabilités multiples et enchevêtrées envers d’autres… aucune de ces responsabilités ne peut être bien endossée dans la solitude ». En fin d’ouvrage, une nouvelle de Vinciane Despret « Récits d’espoir par provision ». Cet ouvrage livre des réflexions sur les manières de bien vivre et de bien mourir dans une « planète malmenée » dans le but d’imaginer et de mettre en pratique une « éthique multispécifique ».

Thom Van Dooren, Actes sud (Mondes sauvages)

5/5
Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Publications dans la même catégorie

Les portes de la perception animale

« Pour percevoir le monde, les espèces animales disposent d’un arsenal de modalités sensorielles variées ». Benoit Grison, biologiste et chercheur à l’Université d’Orléans, nous ouvre les

Lire la suite

Le livre aux oiseaux

Ce documentaire de Nathalie Tordjman est parfait pour devenir un excellent petit ornithologue. Il est très bien construit avec de nombreuses rubriques :le petit atelier, à

Lire la suite

Parutions la même année

Vies d’oiseaux

Qui ne connaît les magnifiques représentations d’oiseaux de Jean-Jacques Audubon ? Sa vie est cependant moins connue. Ornithologue et peintre américain d’origine française, il passa une

Lire la suite