Passion neurologie : Jules et Augusta Dejerine

Passion neurologie : Jules et Augusta Dejerine

Michel Fardeau, lié par des liens de travail et de confiance avec Yvonne Sorrel-Dejerine, a reçu à la mort de celle-ci, tous les documents de ses parents, Jules et Auguste Dejerine. L'auteur nous conte avec passion le parcours de ces deux étonnantes personnalités d'exception en les mettant sur un strict pied d'égalité ; tout d'abord est retracé le contexte dans lequel est née la neurologie, lors de la transformation du vieil hospice de la Salpêtrière en hôpital par Charcot et Valjean. Le lecteur va suivre au fil des années les différentes étapes franchies avec leurs difficultés. Jules va arriver à Paris en 1871, lors de la guerre. Sa famille est originaire de Savoie. Après Genève, il partira à Paris pour « faire médecine ». Étudiant très piocheur, il est remarqué par Valjean. Il fera sa thèse en 1879 sur les lésions du système nerveux . Il fréquente des artistes et des explorateurs. Augusta est américaine. Après un séjour en Allemagne puis à Lausanne où lui est refusée l'autorisation de passer le bac, sa famille s'installe à Paris. Très assidue, elle suit de nombreux cours de médecine et fait des stages dans des laboratoires. Elle sera initiée à la recherche scientifique par le Pr Hardy. Dans son service aura lieu la rencontre avec Jules. Ce sera le début de plusieurs années communes où chacun va mettre toute son opiniâtreté à franchir les obstacles. Un témoignage intéressant est donné sur la condition des femmes dans les années 1880. Il faudra toute la volonté d'une Anglaise acharnée pour obtenir le droit de se présenter à l'externat ! Et les réactions négatives furent nombreuses. La découverte de la première maladie musculaire héréditaire est un récit passionnant : rapprochement avec Duchenne, examen anatomique... pour prouver que le système nerveux n'est pas atteint et qu'il s'agit bien d'une atrophie musculaire. Augusta a passé sa thèse sur la paralysie radiculaire dont la description reste un « classique ». Puis ce seront les années cruciales de 1885-1886. Il faudra l'intervention de Paul Bert pour avoir l'autorisation de concourir à l'internat pour Augusta. Jules, lui, a passé le concours d'agrégation sur l'hérédité dans les maladies du systèmes nerveux. Il fera preuve d'un grand talent pédagogique dans ses cours. À l'époque, Charcot est le grand maître et il prend ombrage du succès de Jules d'où un entretien houleux... Mariés, partageant les mêmes valeurs profondes, le couple va travailler ensemble sur l'anatomie du cerveau humain. Augusta, technicienne hors-pair sera la « patronne » d'un labo où un travail considérable sera effectué sur les coupes sériées. Ce sera la publication de l' « Anatomie du système nerveux » qui donnera un grand prestige à cette « jeune école de Bicêtre ». Après le décès de Charcot, son école décline. Sa succession donnera lieu à de nombreuses péripéties. Jules est refusé. Il publiera un monument de la neurologie : « La sémiologie du système nerveux » en 1900. La partie la plus innovante est celle sur les aphasies avec la localisation d'un centre visuel de lecture des lettre et des mots. Cette découverte sera confirmée plus tard par les techniques d'imagerie cérébrale. Jules, médecin très proche de ses patients, passera en revue les maladies fonctionnelles. Lors de la guerre de 1914, ils feront preuve tous les deux d'un patriotisme ardent en mettant au point les meilleures stratégies pour soigner les blessés. Après la mort de Jules en 1917, Augusta sera médecin-chef aux Invalides. À sa mort les hommages seront nombreux : « un parcours hors du commun, des combats importants pour la cause des femmes et les injustices ... ».

Michel Fardeau, lui même chercheur au CNRS et premier directeur de l'Institut de myologie, a rédigé un livre passionnant accessible à tous les publics, permettant aussi de revivre cette période où furent réalisés ces « monuments » de la neurologie. Avec des photos et des illustrations, il a su rendre très vivante la vie de ce couple exceptionnel où chacun apportait à l'autre ses talents et encourageait l'autre à poursuivre sa route malgré les nombreux refus et difficultés. Un grand coup de cœur !

 

Editeur: 
Année de parution: 
Collection: